POLSKA – Part2

with 5 commentaires

CHAUD DEVANT

Attention, je n’ai pas posé d’humour dans cette première partie, et bien au contraire !

 

Et voilà, j’y suis, à la place la plus touristique de Pologne, le camp d’Auschwitz-birkenau où des millions de personnes viennent s’y recueillir chaque année… mais aussi y planter, et pas que des fleurs !!

Quand on arrive dans la ville d’Oswiecim, (Auschwitz en Allemand), on est ici comme dans un grand centre touristique où tout est cher, tout est payant, tout est sale et tu peux acheter tes fringues H&M à 1 km des chambres à gaz d’Auschwitz 1! Pour ma part j’ai été très déçu, vraiment, je pensais que l’on aurait conservé ce mémorial à l’extérieur de la dictature actuelle. Et finalement, quand on y pense, faire du profit sur le dos des morts d’ici n’était-il pas aussi l’idée des SS de l’époque ?? M’enfin passons.

Quand tu entres ici, c’est par la même porte que des centaines de milliers de déportés, le temps est gris et froid, l’ambiance est étrange, on essaie de s’imaginer mais en fait, c’est juste impossible.

J’ai pu visiter les 2 camps, et bien les visiter car j’y suis resté presque 3 jours. J’ai observé, fait ma fouine et traqué aussi les déchets. Et c’est ce qui m’a marqué le plus finalement, c’est que la stupidité n’a pas de limite, aussi bien celle de l’histoire de ce camps que celle des « selfisteurs » qui posent en « duck face » prêt d’un bingalot où 4000 femmes restaient nues et sans nourriture jusqu’à leur mort ou encore, le nombre incalculable de canettes, vodka, bouteilles et emballages trouvés à l’arrière des chambres à gaz. Genre, c’est vraiment l’endroit idéal pour manger ton pique-nique et te mettre un petit coup dans l’gosier ?

11kg de déchets ramassés, des chambres à gaz jusqu’à ma voiture, et j’ai ensuite fait le tour du camp, c’est ça partout ! Boire un coup n’est pas interdit, mais si tu le fais, reste respectueux, repart avec tes déchets!

En fait c’est simple, les gens viennent là par curiosité mais ont oublié! On parle de 1,3 millions de morts quand même…

Réflexion de personnes intelligentes

Pour conclure, à l’intérieur des camps, si tu lis bien et a un minimum d’humanisme, ça prend aux tripes. Quand tu sais que des mecs ont passé 21 jours dans le noir d’une cellule de 50 cm² sans nourriture et eau, que le camp complet devait rester debout 24h à regarder les pendus de la veille en plein hiver, que l’on tue ton pote/frère/sœur parce que t’as renversé ta soupe ou encore que l’on choisit de te gazer juste parce que t’as 4 ans et né juif, ba quand tu retournes dans ton van sans chauffage, au final t’es super heureux !!

Aller, c’est pas tout mais je vais quand même aller faire du shopping pour que mon pantalon aille avec mes pompes, le tout fait par des enfants chinois qui bossent 18h par jours, mais bon, on les voit pas, du coup c’est pas grave !

Je ne juge personne, j’ai aussi des fringues « made in china », vu qu’on nous offre pas ou peu d’autres choix, mais ils faut y penser, si on veut changer les choses, c’est tous les jours! Donc la solution idéale c’est d’acheter mon t-shirt fait chez nous, en tissu bio équitable, avec le logo dessiné par moi-même, tu feras un heureux et une bonne action en même temps 😉

Krakow la crado ?

J’ai ensuite repris la route vers Cracovie, on me l’a tellement conseillé et déconseillé que je voulais me faire un avis, mon propre avis, qui finalement n’est pas resté propre longtemps !

Mon petit péché mignon, c’est l’histoire, et Cracovie en est l’exemple absolu. Ici l’histoire est partout, et surtout celle de la seconde guerre mondiale. Ici de nombreuses industries, en partie Allemande se sont installées en 1940 pour utiliser la main d’œuvre pas cher et souvent juive en attendant la fin que tout le monde connaît.

C’est donc ici que j’ai commencé mon tour, le quartier juif d’avant-guerre, le ghetto et la fameuse entreprise de monsieur Schindler. Je suppose que tu connais le film « La liste de Schindler », si non, tu dois voir ça… et peut être tu voudras ensuite visiter Cracovie.

Mais avant ça j’ai dû traverser toute cette ville pour me trouver un coin peinard ou laisser le van, évidemment loin du centre et donc une belle balade pour rejoindre le premier tram qui me montrera Cracovie. Et bien quelle ne fut pas ma surprise de découvrir tant de végétation sur les petits bords du Danube, des couleurs, des parfums, enfin que du bon !

Ma pince était aux aguets, et je n’ai pu la retenir très longtemps ! Mais le travail était colossal pour son seul petit bec, j’ai dû la convaincre d’abandonner et continuer la route.

Finalement, Cracovie m’a plu, le centre-ville est très joli, le quartier juif est quasiment resté comme à l’époque et on peut facilement faire le tour de la ville à pied, c’est donc un bon point. Le mauvais, c’est la troisième ville la plus polluée d’Europe, que ce soit sur le sol ou dans l’air. Ici tu respires 2400 cigarettes par an sans fumer, c’est donc très intéressant si t’as décidé de commencer, mais dans le cas contraire, prends une bonne assurance santé 😉A vrai dire, ça ne change pas tellement du reste de la Pologne, ce concept bien étudié est instauré dans tout le sud du pays, que ce soit la pollution de l’air ou celle du sol, le travail acharné de « je pollue en m’amusant » a fait ses preuves. Une conscience écologique commence à émerger dans ce pays, mais le travail est titanesque si l’on veut s’attaquer sur tous les fronts, cela prendra beaucoup de temps.

Après Cracovie, j’ai marqué une pause à Zakopane, station d’hiver bien réputée, avant de rejoindre la Slovaquie.

Aaaah, La Slovaquie, ce petit pays qui m’a donné tant de choses, beaucoup de travail mais aussi l’idée du siècle ! C’est dans les pires moments que tu trouves les meilleurs solutions ! Mais je garde le secret pour plus tard 😉

Détails du ramassage :

Kilomètres parcourus : 1506 Km

Temps passé : 20   jours

Essence consommés : 150 Litres

Pollution réalisée : 342   Kg CO²

Déchets ramassés : 76,8   Kg

See U

cropped-LOGO-FINAL2.png

Tu peux visionner toutes mes photos plus facilement ici : Albums

 

5 réponses

  1. Oswaldo Nieto
    | Répondre

    Salut Landry.
    Merci pour la narration de tes voyages , c’est à la fois triste, interessant et surtout inspirant. Le hasard, ou autre chose, a fait que je découvre ton travail aujourd’hui. Pile le jour où, lassé de pester contre les pollueurs de nature, je me décide à m’offrir une pince à dechets et surtout à m’en servir. Je viens de rentrer avec mon premier sac poubelle rempli. Je savais déja que l’action annihilait la peur. Je sais à présent qu’elle annihile aussi la colère. Je te souhaite le meilleur pour la suite, Landry.
    Cordialement.
    Oswaldo Nieto

    • Landry
      | Répondre

      Salut Oswaldo,
      Un grand merci pour ton message et ton action, nous arriverons petit à petit à gagner du terrain sur ce problème. Même si j’essaie de garder l’esprit critique pour moi, parfois il prend le dessus, et donc oui, la colère se fait ressentir, car l’incompréhension de ce que je vois me laisse beaucoup d’amertume et j’ai parfois besoin de me lâcher, je le fais par le biais de ces articles.
      En tout cas, très bonne idée la pince 🙂
      Cordialement

  2. Oswaldo Nieto
    | Répondre

    Salut landry
    Aujourd’hui je me suis fait un petit tour de clean autour d’un collège privé en pleine nature, et c’est vrai que c’est pas gagné. Ces mômes là ne semblent avoir que très peu de conscience écologique. Mais je sais qu’ils ne sont pas tous comme ça, loin s’en faut. Je crois qu’il faut apprendre a vivre avec les paradoxes. Tu dis toi-même vivre la meilleure expérience de ta vie, n’est ce pas? Alors remercions les pollueurs!!!
    « merci Pepsi
    d »avoir donné sens à ma vie. »
    Bien à toi.

    • Landry
      | Répondre

      Haha vu vomme ça 😀 j’aurais aussi pris beaucoup plus de plaisir à voyager sans visualiser la maladie de notre planète. Cela dit c’est vrai, sans ça, mon voyage n’aurait aucun bon sens.

  3. Oswaldo Nieto
    | Répondre

    Alors finalement, le vrai bonheur, ça vient peut-etre moins du plaisir que du sens donné à sa vie.
    Bonne tournée!

Répondre