LA HONGRIE

with 3 commentaires

LA TERRE DU MILIEU

A la sortie de la Slovaquie,  me voici  en Hongrie, pays des Spas, de  la nature et de la belle ville de Budapest.  La frontière passée, le paysage ne change pas vraiment du pays d’avant, des aires de repos inondées de Mac Do, des haies recouvertes de sacs plastiques, ma vision de la Hongrie partait de très bas! Mais qu’en a t-il été? Allez je t’emmène éboutriper La Hongrie!

Sur la route, juste au-dessus, de Budapest, je me suis arrêté à  Szentendre. Cette ville est vraiment chouette, propre, belle, des prix hypers corrects, et un camping génial. Hop hop hop, je m’arrête là! Ba oui je voulais faire la douche annuelle mais en arrivant, le camping était fermé 🙁 mais crois-tu, le patron en voyant mon van, m’a ouvert les portes et m’a hébergé pour pas un sous !! génial! Bienvenue en HONGRIE

Une fois remis à neuf, je prends la direction de la capitale, Budapest

Buda la peste ?

Non non, Budapest, ça m’a en réalité vraiment plus ! Après avoir fait le tour, je me suis lancé le défit des 500  cigarettes, car les autres déchets, mis à part à la frontière, bah, on en croise pas des tonnes finalement, ou peut être on t-il été mis au courant de mon arrivé et se sont tout simplement caché !! peut être…

Pour revenir à Budapest, c’est une ville! Voilà, on est pas plus avancé! Mais qu’a t-elle de particulier?

Budapest est une ville située le long du Danube, elle est particulièrement connue pour ses thermes et son architecture. Je l’ai trouvé belle mais un peu grande à mon goût, impossible de faire le tour à pied, la périphérie fait 100 km de diamètre, donc si tu loupes la sortie, bah t’as le temps de réécouter ton album préféré ! C’est pas cool ça ??

Après avoir fait le tour de la ville, je m’aperçois que c’est relativement bien entretenu, et même les parcs à l’extérieur sont nickels. Mis à part quelques déchets de temps en temps, je prends vraiment beaucoup de plaisir à visiter et mon sac reste léger.

Je me suis donc lancé dans les mégots, beaucoup plus courant. Je prends ma pince et fouille le Fisherman’s Bastion et le Palais royale, 3 kg et 500 mégots plus tard, mon défi est gagné, je retourne à mon van afin de prendre la route direction le lac Balaton.

Lac Balaton

Arrivé, le soir à Thiany, je me réveille le lendemain dans cet endroit splendide. Un petit village, normalement touristique, mais hors saison vraiment calme rempli de chaumières et de petits commerces locaux. Parfait, allez je reste ici quelques jours.

Après avoir profité de la journée, je pars faire ma tournée des grands ducs autour de l’étang. Ici pas beaucoup de déchets, mais une belle invasion de mégots 1,8 Kg et 211 mégots je reviens sur mes pas. Après mon passage, ce petit coin de paradis est propre, je continue ma route.

La voie roumaine

Après Tihany, J’ai pris la direction de Baja, la route est longue, je fais quelques pauses, quelques ramassages et continue.

 

Le paysage change, les villages aussi, nous sommes ici dans la profonde Hongrie, proche de la Serbie. Ça n’est pas vraiment la modernité du nord, mais l’ambiance est vraiment bonne !

Après 300 km, J’arrive à Baja en pleine nuit. En longeant la forêt avant d’entrer dans la ville, j’aperçois une feuille de papier plastifiée sur laquelle un plan est imprimé, je sors mes pions, et commence à jouer au labyrinthe, après quelques parties de dés, je vois sur ce plan comme un coin camping avec des tables au milieu de la forêt, ni une ni deux…ni trois d’ailleurs, je reprends mes pions, charge mon baluchon, et je prends donc le risque d’y aller ! je longe quelques petites maisons dans des ruelles défoncées et de plus en plus serrées. Suis-je vraiment au bon endroit ?? Dans tous les cas, impossible de faire marche arrière, il fait nuit, je ne vois rien et impossible de faire demi tour, je continue. Après quelques minutes je pénètre enfin dans la forêt. Autant te dire que là c’est du rodéo, entre des nids d’autruches, des ruisseaux qui traversent je suis pas sûr d’arriver jusqu’au bout !

Trois bons kilomètres plus tard me voilà enfin  sur le lieu du plan, quelques tables de pique-nique, un coin pour faire du feu, et 1 POUBELLE AAAAH l’endroit est TOP pour passer la nuit !

Je me réveille donc ici le lendemain, dans un calme sidérant ! J’enfile un short et pars faire quelques foulées pour visiter le coin et me faire un petit « run éco » !

Et bien qu’elle ne fut pas ma surprise de ne trouver que 2 bouteilles plastique sur mon chemin ! une première depuis l’Estonie tiens!

La Hongrie n’aurait donc absolument pas besoin de mon aide ??

Je m’en vais m’en assurer un peu plus loin. Je reprends le van direction La Roumanie, et fais une pause chez  Rita, une coushsurfeuse de Szeged qui a accepté de prêter sa douche. Elle me raconte que pourtant, les Hongrois ne sont pas vraiment des modèles, mais que j’allais bien en baver chez les voisins Roumains.

Effectivement, après une visite rapide de Szeged et reprends la route pour la Roumanie. Je n’ai rien de plus à faire en Hongrie, je pars pour la frontière. La douane passée, je m’arrête pour faire une pause et profiter du paysage. LA VACHE! ce que je vois me laisse sans voix, c’est sûr, ici, ça va être très compliqué !

Bilan

Concrètement, que fait la Hongrie dans le domaine de l’écologie? Et bien tout et rien. Elle a une politique environnementale qui part dans tout les sens et oublie l’essentiel. Depuis l’accident du 5 octobre 2010 de l’usine d’aluminium d’Ajka qui avait brutalement libéré entre 700 000 m3 et près d’un million de mètres cubes de boues rouges très liquides, et détruit 3 villages dans la foulée (et combien de vies?) La Hongrie a essayé de se faire toute petite pour qu’on passe vite fait sur un autre sujet. Elle commence péniblement à prendre des décisions « à la française ». Et oui, elle copie un peu le système de taxation sur les déchets, surtout industriels. Du coté des énergies renouvelables, elle favorise l’achat de véhicules électriques, mais à l’opposé, elle taxe l’utilisation de panneaux solaires et a interdit la construction de nouvelles éoliennes industrielles. Concernant les déchets, alors là je trouve de tout et n’importe quoi sur le net, la gestion à l’air d’être le dossier du dessous et personne ne veut trop se mouiller. Mais néanmoins la Hongrie n’est pas un mauvais élève, elle se situe dans la moyenne Européenne…qui est quand même, bien basse!

Bilan du ramassage :

Kilomètres parcourus : 650 Km

Temps passé : 10   jours

Essence consommés : 65 Litres

Pollution réalisée : 148   Kg CO²

Déchets ramassés : 17,095   Kg ET 942 Mégots

See U

cropped-LOGO-FINAL2.png

Tu peux visionner toutes mes photos plus facilement ici : Albums

3 réponses

  1. Mirella
    | Répondre

    J’adore ton article ! Tes photos sont super belles, mais surtout cette mission quoi ..! Tu t’es donné une mission honorable pour la planète et les futures générations!! Je te soutiens à fond car malgré tes articles pleins d’humour et de bonne humeur, on sait tous que c’est un gros travail qui est fait surtout sur soi vu cette société d’individualiste qui se développe… ca ne doit pas être facile tous les jours mais t’es un bon alors bon courage ! Gros bisous de l’Ile de la Réunion!

    • Landry
      | Répondre

      Merci beaucoup Mirella, ton message me fait énormément plaisir 🙂

  2. melmelboo voyage
    | Répondre

    Coucou ! Je te découvre et ton projet me ravie ! Nous sommes une famille de quatre actuellement en vadrouille autour du monde et en plein cheminement vers le zéro déchet alors ton blog fait terriblement écho en moi. Depuis quelques temps nous ramassons aussi les déchets que l’on croise sur nos bivouacs et lors de nos balades en famille. Je suis très heureuse de voir que ton projet fait des émules. Je vais te suivre avec plaisir, bonne continuation !

Répondre